Le mystère Sacha Chaty

Parmi les nombreuses questions que je me pose à propos de la carrière de Sara Mandiano, il y a le sujet Sacha Chaty. « Collaborateur » régulier du couple Sara Mandiano / Jean-Claude Chachaty, Sacha Chaty est crédité la plupart du temps sur des disques auxquels participent Sara ou Jean-Claude mais également à la co-composition et aux arrangements de tout l’album Saison des pluies, ou encore de l’album de Shaaks. On le trouve aussi sur le projet new age Pangea de Dan Lacksman en 1996, puis sur E-gypt en 1999 qui fait un passage dans les charts belges avec Louxor in Vegas.

L’identité de Sacha Chaty semble au premier abord assez simple à deviner : il s’agirait tout simplement d’un pseudonyme de Jean-Claude Chachaty. Sauf que ça n’est pas si évident que ça et que plusieurs indices m’incitent à envisager une autre piste.

Tout d’abord Sacha Chaty semble faire sa première apparition sur le titre J’aurais pas vu l’amour de Patricia Zamler en 1989 (sur lequel Sara fait des chœurs) en étant crédité sur la pochette du 45 tours comme compositeur et arrangeur. Mais à la SACEM la seule compositrice référencée pour cette chanson est… Françoise Castellani (nom de naissance de Sara).

Toujours à la SACEM, pour les titres de Saison des pluies, Sara Mandiano apparaît seule à l’écriture et à la composition, et seule compositrice des titres de Shaaks…

En 1999, Sara disait à propos du milieu musicale : « On n’admet pas toujours que les femmes composent ». Après avoir signé paroles et musiques de l’album ?, aurait-elle choisi d’ajouter un pseudonyme fictif au générique de l’album suivant, Saison des pluies, pour être prise au sérieux ? « Je travaille maintenant avec quelqu’un les compositions. J’écris la musique avec quelqu’un d’autre, j’écris les textes toute seule », dit-elle à Christophe Dechavanne en mars 1994 à la sortie de l’album. Un « quelqu’un d’autre » qui n’est pas cité…

Alors qu’en penser ? Sacha Chaty est-il/elle Sara Chachaty, Jean-Claude Chachaty, voire une association des deux, ou bien « quelqu’un d’autre » ? Le mystère demeure…

%d blogueurs aiment cette page :